Avec cette page, j'inaugure une nouvelle série de documents "SABLE D'ÉPAVES", sable récolté en plongée soit en apnée soit avec des bouteilles.

Premier volet:

Sable et sédiments de l'épave du TOGO

 

Grâce aux membres de "l’Expédition Scyllias" qui ont eu la gentillesse de me ramener du sable de cette épave, je peux vous présenter un florilège de foraminifères et autres animalcules de cet endroit, qu'ils en soient ici remerciés!

 

Dans un premier temps situons cette épave:

 

C'est un cargo coulé en 1918 par une fâcheuse rencontre avec une mine allemande, et qui, pour la partie principale, repose vers -55m de profondeur sur un fond sableux d'une grande richesse en débris organiques. Le plancher de l'épave est lui à -47m et un autre morceau gît à plus de 60m de profondeur, d'où une certaine difficulté pour la visite de ce cargo bien que ce soit une exploration recherchée.

carte_r

 

Cette épave se trouve à 500m plein Ouest, de la pointe Dubreuil au large de Cavalaire dans le Var, latitude: 43°10',080 N – longitude: 06°35',540 Est.

 

On consultera avec intérêt le site de "l’Expédition Scyllias" à ce sujet.

 

http://pagesperso-orange.fr/scyllias/francais/evenements/html/annonce_avril_2007_2.html

 

 

 

Revenons à ce sable qui a été récolté in situ le long de l'épave en avril 2008!

4686_01_r

sable du Togo

 

Lorsque Jean-Louis (mon pourvoyeur de l'équipe!) me l'a apporté, il était encore plein d'eau dans son bocal, d'une couleur peu engageante – une soupe grise foncée – mais une fois séché je n'ai eu qu'une hâte: le mettre sous la bino et là je n'ai pu décoller mes yeux de cette richesse faunistique, ce n'était pas quelques foraminifères mais des milliers et pas tout seuls, des micro coquilles, des vers, des oursins enfin tout un monde de tests et débris d'une vie omniprésente.

4686_03_r

Au travers la bino

 

Par contre du sable en temps que tel… pratiquement pas!

 

 

Les foraminifères:

Une petite partie des foraminifères trouvés car certain sont trop petits pour être photographiés ou sont du même genre.

Dans la plus part des cas seul le genre est donné pour la détermination car pour l'espèce je n'ai pas de référence!

 

4686_fb1_forams_divers_r

Ensemble de foraminifères - taille de 500 à 2000 µ

 

4686_fb2_nodosaria_r

nodosaria - taille: 1200 µ

4686_fb3_marginulina_r

marginulina - taille:1000 µ

 

4686_fb4_bifarina_r

opercule d'annélide (ce n'est pas un foraminifère) - hauteur: 1100 µ

4686_fb5_polymorphina_r

polymorphina - taille: 500 µ

4686_fb6_saracenaria_r

saracenaria - longueur : 1200 µ

4686_fb7_quinqueloculina_groupe_r

groupe de quinqueloculina - de 700 à 1200 µ

4686_fb8_adelosina_r

adelosina juvéniles - 500 µ maxi

4686_fb9_massilina_2_r

massilina -taille: 2000 µ

4686_fb10_gyroidinoides_r

gyroidinoides -taille:500 à 600 µ

4686_fb11_ceratobulimina_r

ceratobulimina - 500µ

4686_fb12_trochammina_r

trochammina - 300 à 750 µ

4686_fb13_spiroloculina_depressa_r

spiroloculina depressa -taille:800 & 900 µ

4686_fb14_melonis_r

melonis - 500 µ

4686_fb15_globigerina_r

globigerina - taille 300µ

4686_fb_sigmomorphina_semitecta__r

sigmomorphina semitecta -taille:400 à 2000 µ

 

Les coquillages

4686_bv_veneride_juv_nile_r

Myrtea spinifera (MONTAGU, 1803) juvénile - taille: 6 mm

4686_g_addisonia_lat_ralis_rb

 Calyptraea chinensis (LINNAEUS, 1758).- taille:ø 2,5 mm

4686_g_cavolinia_inflexa_rb

cavolinia inflexa - taille:3,5 mm

4686_g_juvenile_de_murex_rb

muricidae (?) juvénile - taille:3 mm

4686_g_oxynoe_olivacea_rb

genre Philine. - taille:3 mm

4686_g_scissurella_costata_rb

scissurella costata - taille: de 1,5 à 3 mm

 

Divers

4686_d_madrepores_rb

madrépore - taille:4 mm

4686_d_ver_rb

vers - taille:4 mm

 

4686_e_oursin_fouisseur_rb

oursins irréguliers - Echinocyamus pusillus (O.F. MÜLLER, 1776) - taille:1 à 2 mm

4686_e_oursin_r_gulier_rb

oursin régulier - taille:ø 5 mm

Certaines coquilles et tests sont transparents à translucides, on peut imaginer l'épaisseur des parois de la bête, de l'ordre du micron!

 

Dans la récolte deux autres épaves ont été prospectées et deux autres échantillons m'ont été rapportés:

 

L'épave du Rubis, également au large de Cavalaire au cap Camarat par -41m, sédiments fortement influencés par la rouille pour la couleur.

654_le_Rubis_r

sable du Rubis

654_genre_caryophylla_r

corail solitaire genre coryophilla ø 750µ

 

 

L'épave de l'Espingole, toujours dans les environs de Cavalaire au Cap Lardier par -38m de profondeur.

3972_l_espingole_r

sable de l'Espingole

oursins_r

Un oursin de l'Espingole - le blanc et un oursin du Rubis le rouille! La différence de couleur est due à la pollution par le fer de l'épave du Rubis.

 

Dans les deux cas, on trouve des traces de vie mais peu ou pas de foraminifères et pourtant peu de distances ou de profondeurs séparent ces 3 épaves.

à suivre ... prochaine épave: en Bretagne !

- Grâce à Greg (membre du forum "Tas de sable")  cette page a été corrigée et mise à jour le 16-12-2010; qu'il en soit ici remercié !